Ce qu’il faut savoir sur les métiers d’architecture d’intérieur et de décoration d’intérieur

Depuis quelques années, la profession de décorateur d’intérieur ne cesse de croître. Elle est cependant différente du métier d’architecte d’intérieur, bien qu’aucun des deux ne soient réglementés. En effet, les compétences d’un architecte d’intérieur lui permettent de faire la modification d’un bâtiment, la coordination des divers corps de métiers et la supervision de chantiers. Voici quelques conseils pour devenir un décorateur d’intérieur ou un architecte d’intérieur.

Zoom sur le métier d’architecte d’intérieur et de décorateur d’intérieur

Avant de se lancer dans un emploi Architecture d’intérieur ou décoration d’intérieur, il est important de savoir en quoi consistent exactement ces deux activités.

A lire en complément : Quelle est la place de l’infographie dans le secteur du management ?

La responsabilité d’un architecte d’intérieur est de créer et d’aménager des espaces spécifiques dans des cadres construits, selon les difficultés existantes et les besoins d’un client. Sa fonction prend en compte plusieurs aléas, notamment techniques, esthétiques, fonctionnels, mais aussi le design du mobilier ou d’un produit.

En se basant sur les besoins du client, il dessine, met en place des plans et dispose les divers corps de métiers nécessaires pour réaliser le projet. Autrement dit, il se charge de diriger le chantier et de réceptionner les ouvrages.

A lire aussi : Où travailler après la grande distribution ?

Un architecte d’intérieur peut intervenir sur différents secteurs comme l’hôtellerie, le milieu hospitalier, l’habitat particulier traditionnel, la restauration et autres.

Parfois, le métier d’architecte d’intérieur est assimilé au home staging. Il faut savoir que ce sont deux activités complètement différentes. En effet, le home staging est plutôt axé sur la vente et consiste à décorer, à réagencer un immobilier à un prix abordable de manière à le rendre plus attrayant.

À l’inverse du métier d’architecte, l’activité d’architecture d’intérieur n’est soumise à aucune réglementation. C’est l’INSEE qui délivre les codes d’activité :

  • Activité d’architecture : 71.11Z
  • Activité home staging ou décoration d’intérieur (spécialisées dans le design) : 74.10Z

Quelles sont les formations requises ?

Si exercer le métier d’architecte implique certaines conditions, ce n’est pas le cas pour celui d’architecte d’intérieur. Toutefois, c’est une profession qui exige de la polyvalence dans sa pratique, sans oublier que les projets génèrent des enjeux financiers. De ce fait, suivre une formation et disposer de certaines compétences sont vivement conseillés, en raison des éventuelles responsabilités qui s’y afférent.

Établir des plans et organiser un réaménagement intérieur nécessite un diplôme spécifique, qui doit être reconnu par le CFAI (Conseil français des Architectes d’Intérieur), l’organisme qui se charge de l’organisation du métier. Une convention avec le ministère de la Culture a été signée avec le CFAI.

Il existe deux options pour cela :

  • Obtenir un diplôme reconnu par le CFAI. S’il date de moins de trois ans, il faut effectuer une demande d’inscription en tant que « capacitaire au titre ». Après 3 ans, il faut ensuite faire un dépôt de dossier pour solliciter la « reconnaissance de compétence ».
  • Avoir pratiqué la profession d’architecte d’intérieur pendant au moins cinq ans et respecter la procédure spéciale VAE que le CFAI a prévue. Il faut constituer un dossier et passer devant un jury pour bénéficier de la « reconnaissance de compétence » et le « certificat ».

Afin de disposer de la reconnaissance de compétences, voici quelques diplômes éligibles :

  • Niveau licence (Bac +3)
  • DNMADE : Diplôme national des Métiers d’Art et du Design, mentions Espace
  • DNA: Diplôme national d’Art, option Design
  • Niveau Master (Bac +5)
  • DSAA : Diplôme supérieur des Arts appliqués, mention Espace
  • DNSEP : Diplôme national supérieur d’Expression plastique, mention BAD Design et option Design

Architecture d’intérieur : business plan

La rémunération de ces professionnels est principalement constituée du chiffre d’affaires prévisionnel, qui sera facturé directement aux clients, ainsi que celui qu’il recevra de ses collègues à titre de revente. La somme varie en fonction du coût par heure des prestations. Il n’existe aucune règle sur ce point, les deux parties sont libres de négocier et d’établir le tarif. Voici les principaux postes budgétaires que contient le business plan en architecture d’intérieur :

  • Les charges locatives et loyers immobiliers : les coûts de location auprès d’un bailleur pour utiliser le local d’exploitation
  • Les charges de personnel : rémunérations nettes et charges liées aux salariés, salaires et primes du dirigeant
  • Les cotisations d’assurance : primes versées pour la garantie décennale et garantir la responsabilité civile.

L’emploi Architecture d’intérieur nécessite un investissement dans un excellent matériel informatique, ainsi que des outils de conception de plans et de visuels 3D adaptés. Et pour avoir une visibilité auprès du grand public, un architecte d’intérieur et un décorateur d’intérieur doivent disposer d’un site internet pour présenter des réalisations.

En termes de locaux pour l’accueil des clients, certaines normes doivent être respectées, notamment la réglementation applicable aux ERP (Établissements Recevant du Public), les normes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, ainsi que les normes anti-incendie.

La responsabilité civile professionnelle ou RC PRO est également obligatoire pour un architecte d’intérieur.

ARTICLES LIÉS