Comment écrire une conclusion ?

Qu’il s’agisse d’une dissertation, d’une mémoire ou des articles, la conclusion est une partie très importante à ne pas bâcler lorsque vous rédigez l’un d’eux. Mais qu’est-ce qu’une conclusion ? Quel est son objectif ? Comment rédiger une conclusion de dissertation ou de mémoire ? Comment écrire une conclusion de rédaction ou d’articles ? Pour répondre à ces questions, nous vous invitons à suivre cet article !

Qu’est-ce qu’une conclusion ?

Qu’il s’agisse d’un commentaire, d’un article, d’une dissertation ou d’une mémoire, une conclusion est la dernière partie de votre écrit. Le mot « conclusion » provient du mot latin concludere, qui signifie « fermer » ou « finir ». Celle-ci aboutit au développement, et apporte une réponse au sujet posé ou fait un bilan de l’analyse du texte.

A lire en complément : Quels métiers faire avec un BTS MCO ?

Quelques conseils pour réussir une conclusion

Pour réussir à écrire une conclusion, voici quelques conseils :

Rédiger au brouillon et recopier ensuite le texte

La rédaction de la conclusion doit être bien soignée. Le lecteur-correcteur le lit en dernier, ce qui permet de lui laisser une dernière bonne impression. Avant d’entamer la rédaction du développement, mieux vaut rédiger l’introduction et la conclusion dans un brouillon. Ainsi, vous gagnerez plus de temps et vous les recopierez plus facilement.

A lire aussi : Comparatif permis Caces 1, 3, 5 : critères et choix pour la formation

Faire une ouverture

Faire une ouverture est un moyen plus courant d’achever une conclusion. Elargissez donc votre perspective afin de favoriser l’ouverture de nouvelles questions ou d’un sujet plus général.

Finir avec une citation

Pour jeter des paillettes dans les yeux du correcteur ou du lecteur, finissez également avec une bonne citation. Cependant, la citation doit être adéquate au sujet et introduite dans le corps du texte.

Indiquer les limites de son argumentation…

Pour écrire une meilleure conclusion, il faut aussi indiquer la limite de votre argumentation. Evitez les conclusions de type : « il existe de bonnes raisons à l’appui d’une autre thèse ».

Évitez les tournures trop scolaires

Il faut également éviter les tournures trop scolaires. Parmi ces tournures, on peut citer « pour résumer », « finalement », « en conclusion », etc. En faisant cela, vous donnez un peu de lourdeur au texte.

Par ailleurs, il faudra jouer avec beaucoup plus de subtilités dans un exercice très spécifique comme la rédaction d’un communiqué de presse.

Comment faire une bonne conclusion de dissertation ou de mémoire ?

Voici quelques astuces à ne pas sous-estimer pour faire une bonne conclusion de mémoire ou de dissertation :

Étape 1 : rappeler la thèse

Donnez à nouveau la thèse, mais reformulez. C’est la première étape à considérer si vous désirez rédiger une bonne conclusion de dissertation ou de mémoire. Tâchez de ne pas faire de copier-coller.

Étape 2 : rappeler les principaux arguments

Redonnez les arguments principaux en les reformulant et en les reliant. Ainsi, la logique de votre argumentation sera meilleure.

Comment écrire une conclusion de rédaction ou d’article ?

Découvrez ci-dessous quelques conseils pour rédiger une conclusion de rédaction ou d’article :

Commencez avec une phrase de transition 

Pour écrire une conclusion de rédaction ou d’article de façon naturelle, il faut commencer avec une phrase de transition. Tout en reliant les points principaux, cela pourrait être une affirmation qui récapitule le contenu de votre rédaction.

Évitez de dire « en conclusion » 

Pour démarrer votre conclusion, évitez d’employer les phrases comme « pour conclure » ou « en conclusion ». Ces phrases manquent en effet d’imagination dans la rédaction de la conclusion. Vous devez donc rédiger votre conclusion de façon plus naturelle.

Envisagez de démarrer avec une référence à la question du début 

En se référant à la question de votre rédaction ou à quelques choses soulignant l’introduction, vous pouvez commencer à rédiger votre conclusion. S’il s’agit d’une citation spécialement pertinente ou d’une phrase, n’hésitez pas à la mentionner dans votre conclusion. Ainsi, un argument complet et cohérent sera possédé par votre texte.

Allez au-delà du résumé

Vous devez aller au-delà si la conclusion est un endroit utile pour résumer très vite les points clés de votre argumentaire. Ce qui est important, c’est que votre rédaction soit cohérente et que tous les points soient assemblés les uns des autres. Tâchez de conclure vos arguments qui mettent en lumière les ficelles reliées de votre argumentaire.

Suggérez des implications plus larges 

Dans un papier ou une rédaction, les conclusions ont plusieurs fonctions. La pertinence et l’importance de votre argument, et la signification de vos résultats uniques seront ressortis par une bonne conclusion.

Les erreurs à éviter dans une conclusion

Il faut éviter toute redondance avec ce qui a déjà été dit dans l’article lui-même. Lorsque cela se produit, cela donne l’impression que vous manquez d’imagination et donc que vous n’en avez plus sous le coude.

Autre piège courant : utiliser des citations mal choisies ou sorties hors-contexte afin d’appuyer son propos peut nuire davantage qu’aider votre discours car cela éloigne l’intérêt vers autre chose que votre message principal.

Il faut aussi faire attention aux phrases trop longues et complexes qui peuvent perdre facilement vos lecteurs en cours de route jusqu’à leur faire oublier pourquoi ils lisent cet article en premier lieu !

L’importance de la conclusion dans un texte argumentatif

Concrètement, comment faire ? La réponse n’est pas simple tant cela dépend du type de texte que vous êtes en train d’écrire (article scientifique vs publicitaire) et surtout de la nature précise du message que vous souhaitez transmettre. Quelques pistons peuvent être utiles :
• Piston 1 : Commencer par reprendre sommairement chaque idée forte avancée dans le corps de votre texte. Cela permet aux lecteurs qui n’auraient pas tout compris ou bien pourraient avoir décroché en cours de lecture sans être perdus.
• Piston 2 : Rappeler la problématique initiée dès l’introduction, mais cette fois-ci avec des éléments nouveaux et plus précis.
• Piston 3 : Donner une perspective d’avenir à vos idées sous forme de solutions pratiques que chaque individu peut entreprendre au quotidien après avoir lu votre article.

ARTICLES LIÉS