Où travailler après la grande distribution ?

Jonathan Le Borgne est responsable du marketing des médias sociaux. Mais dans son ancienne vie, il était gérant dans les détaillants de masse. C’est en créant son propre blog sur le commerce de détail qu’il a réussi à entrer dans le numérique et à trouver un emploi dans ce domaine. Il raconte sa carrière, la réalité de sa profession actuelle, et comment son blog lui a permis de se positionner dans ce domaine !

Salut, Jonathan ! Parlez-nous de votre parcours en toute transparence ?

J’ ai une licence MUC BTS et une licence Pro Commerce, complétée par 5 ans d’expérience dans la vente au détail. J’ai des antécédents scolaires qui peuvent me questionner sur la façon dont j’ai atterri dans le petit monde des médias et des médias sociaux. Je vais vous expliquer tout ça !

A lire en complément : Seniors : comment trouver un emploi en temps de crise ?

Avant d’entrer dans le monde des médias, j’ai commencé en tant qu’employé, puis assistant avant de devenir un grand directeur de distribution. J’ ai couru les étagères et les équipes qui l’ont accompagné. J’ai organisé et a géré mon chiffre d’affaires, j’ai géré mon inventaire, les horaires de mes équipes et les activités commerciales. J’ai réussi jusqu’à 15 personnes. Bref. C’était vraiment excitant. Ce travail m’a apporté beaucoup de compétences que nous n’apprenons pas sur les bureaux scolaires : confiance en soi, apprendre à gérer votre temps et vos priorités, savoir prendre des décisions rapidement, sens du travail d’équipe, audace !

Mais pour moi, ce que j’aimais c’était le web. Déjà à l’époque, j’ai développé cette double compétence autour du numérique au sein du magasin où j’ai travaillé : partenariat avec une WebTV, graphisme, gestion de site web, création de facebook/tumblr, création vidéo, etc… J’ ai toujours été un peu touché de tout et travailler dans une marque indépendante était idéal pour ma fabrication.

A voir aussi : Quel métier choisir pour une reconversion ?

En même temps, lorsque Facebook a explosé au début de 2010, j’ai créé des pages Facebook, disons « amusez-vous ». Certains sont deviennent importants. De 20 000 à 150 000 fans aujourd’hui. Je continue à nourrir quelques-uns d’entre eux. C’est un moyen pour moi de tester le contenu afin de comprendre les exigences de l’algorithme de Facebook. C’est un peu mes petits laboratoires pour tester les crochets, le contenu.

ma licence, j’ai construit ce qui est devenu jebosseengrandedistribution.fr. Un blog qui revient à la vie récemment mais vit maintenant principalement à travers ces plateformes sociales : Facebook et Instagram. Sur Facebook, j’ai créé une communauté de professionnels de l’industrie et je partage presque essentiellement que les photos que je reçois de la communauté. Aujourd’hui, il a plus de 130 000 fans. Ce blog est né de ma curiosité et de ma volonté de partager mon expérience dans une industrie très opaque. Le blog a rapidement su trouver son public. Coïncidence ou non, l’article qui a fait connaître ce blog était une enquête sur les marques de détail et leur présence… sur les réseaux sociaux. Une enquête diffusée par l’AFP qui m’a fait réaliser que j’avais été pris au sérieux. De Plusieurs médias à l’époque me citaient et mon public explosé, et ma motivation aussi !

Ce blog a continué à être alimenté tout au long de ma carrière dans l’industrie  : 1 à 2 articles par semaine pendant 4 ans. J’ ai écrit sur ma vie quotidienne ainsi que sur mes croyances, humeur, etc. Cette activité a rapidement pris du temps, surtout dans une industrie qui exige de ne pas compter ses heures comme on dit. Mais c’était une véritable expérience personnelle qui m’a permis d’aborder de nombreuses notions importantes aujourd’hui : des bases du développement, de l’écriture web, du graphisme, de la vidéo, de la création d’une horloge numérique, du référencement, du renforcement de la communauté, etc… Et c’était déjà il y a 7-8 ans !

Donc inévitablement le jour où j’ai décidé de quitter la distribution de masse, j’ai immédiatement regardé la numérique. Plutôt émue et curieuse, il m’a fallu quelques semaines pour obtenir une start-up pour m’accueillir. La première brique a été posée. J’ai travaillé pendant quelques mois sur les missions éditoriales web, la création de blogs et le webmarketing. Pendant ce temps, j’ai postulé (presque au hasard) pour deux emplois : un emploi partagé et un emploi dans l’Ouest de la France. Des emplois plus sûrs que ceux que j’ai eus en start-up.

Quel est votre travail en tant que responsable des médias sociaux ?

C’ est donc 11 mois après avoir quitté le grand commerce que j’ai profité de l’opportunité en Ouest-France (malgré une forte concurrence pour le poste parce que les réseaux sociaux étaient en pleine explosion dans les médias à l’époque et la demande était très élevée). Ma nouvelle mission : « prendre soin des réseaux sociaux », une profession à construire, étant la première « cédée » dans ce domaine dans l’entreprise. Il était nécessaire de construire le commerce et faire une place dans une entreprise de 1500 personnes et beaucoup d’attente !

Aujourd’hui, je suis responsable du marketing des médias sociaux, ancien Community Manager. Inévitablement aujourd’hui mon travail a bien changé par rapport à trois Un an et demi. Les objectifs proviennent d’une simple acquisition d’audience. Je travaille pour Ouest-France et les autres titres du groupe (Courrier de l’Ouest, Maine Libre et Presse Océan). Il s’agit de développer des stratégies sur les réseaux sociaux afin d’élargir les communautés, développer le public, développer l’engagement, jusqu’à la diffusion d’une science, les médias GRAAL à l’époque, pour développer des abonnements numériques. Tout cela en plus des nombreuses formations et de l’évangélisation de l’utilisation des réseaux sociaux. Je dirai également que c’est mon cœur de métier.

Plus concrètement, sur une base quotidienne est beaucoup d’analyse, à partir de la veille, animation communautaire, campagnes Facebook à mettre en œuvre et la gestion de des projets plus transverses. Au démarrage, j’ai même approuvé le costume de journaliste et je suis allé jusqu’à interviewer les artistes que nous avons reçus : Julien Doré, Alain Chabat, Louane ou Stéphane Bern. Stressant comme gratifiant !

Évidemment, le blog était un tremplin pour changer de voie. Recommanderiez-vous de créer un blog ? Et pourquoi ?

Oui et non en vérité. Plus important encore, je vous recommande de faire ce que vous voulez et de le faire passionnément. J’ étais une passion qui m’a toujours animé. Je ne recommande pas de faire, ou d’essayer d’imiter quelqu’un.

Vous devez savoir qui nous sommes, savoir ce qui fait la différence et construire un projet autour.

À l’ère numérique, et ce qui est plus les réseaux sociaux, je pense que vous devez travailler sur une présence sur le web, mais avec prudence. Les réseaux sociaux ont l’incapacité de masquer notre réalité et d’embellir nos vies tous je n’ai aucun doute sur le plan professionnel aussi hilarant. Il est important de penser à l’image que vous voulez donner de vous-même. Je recommanderais une image de la plus authentique, cohérente avec ce que vous êtes réellement.

Si vous voulez prouver votre expérience ou simplement si vous aimez écrire sur un sujet qui vous passionne, alors oui un blog peut être pertinent. Les portes s’ouvriront et vos contacts s’accumuleront. Et qui sait, vous aurez des opportunités ! ? Souvent, l’idée de démarrer une entreprise ne se matérialise pas complètement. Il y a des crises de colère et des portes ouvertes dont on ne sait rien !

Et demain, comment voyez-vous le reste de votre carrière ?

À l’avenir, j’ai l’intention de construire mon établissement et de me lancer en tant que consultant indépendant. Parce que ces derniers mois, j’ai moi-même réalisé que le marché du travail était en train de subir une métamorphose. L’arrivée des millénaires sur le marché du travail perturbe la relation avec l’entreprise et ils semblent être plus ouverts.

D’ une part, je voudrais redonner vie à mon ancien site ; d’autre part, je voudrais pouvoir travailler avec d’autres entreprises, de préférence avec les médias, si elles commencent des réflexions sur les médias sociaux pour plus de réflexions sur la création de valeur. Ce que je souhaite, c’est pouvoir penser à de nouveaux problèmes et innover !

Que recommanderiez-vous à quelqu’un qui veut obtenir un emploi dans un nouveau domaine ?

C’ est dur de forcer les choses à mon avis. Selon votre âge et la façon dont nous arrivons sur le marché du travail, les problèmes ne sont pas les mêmes. Nous pourrions être confrontés à « Je veux de l’expérience » et évoluer « dans une industrie qui m’intéresse » le tout dans un contexte où le marché du travail a plus de demandes que d’offres. Je dirais que nous devons saisir les occasions qui se présentent. En conséquence, contacts, réunions, visites dans les entreprises…

Pour plus d’interviews, c’est là !

ARTICLES LIÉS